18.00

Dora – Amsel, Vogel, Hahn

Minaverry

Sexualité, art, amour, politique… cette nouvelle aventure de Dora est une grande fresque existentielle dans laquelle se croisent toute une galerie de personnages. Entre romance et chasse aux nazis, Dora poursuit sa quête identitaire et son émancipation. Découvrez le quatrième de cette série passionnante !

Résumé

Ce quatrième tome de Dora s’ouvre à Pantin, en 1964. Déterminée à trainer en justice les responsables du camp de Drancy, Béatrice Roubini dont l’agence d’espionnage est spécialisée dans la chasse aux nazis, envoie Dora recueillir des témoignages sur 3 suspects importants : Ludwig Amsel, Reinhard Vogel et Kurt Hahn . C’est ainsi que Dora va rencontrer Léo Feinik en Finlande, un juif qui fût envoyé de force pour travailler aux côtés des nazis, Arnold Möser en Belgique, interné en camp en raison de son homosexualité et Percy Adler qui se consacre aussi à la traque des nazis, et qui s’est installé en Écosse pour surveiller Kurt Hahn.

Auteur

MINAVERRYMinaverry, né en 1978, est un jeune illustrateur parmi les plus créatifs d’Argentine. Dans le genre du roman graphi­que, il apporte un style nouveau grâce à ses scénarios complexes, très documentés, qui mêlent fiction et Histoire. Ses récits sont régulièrement publiés dans la revue Fierro, grande référence de la bande dessinée en Argentine.

Description technique
  • Traduction française : Chloé Marquaire
  • Parution : septembre 2019
  • Format : 17 x 24 cm
  • 192 pages couleur
  • Prix de vente : 18 euros
  • ISBN : 979-10-90743-97-7

LA PRESSE EN PARLE…

« C’est intense, profond, émouvant, et parfaitement documenté. »
– CanalBD

« Album après album, l’Argentin Minaverry construit une saga qui réussit le tour de force d’être à la fois historiquement passionnante, souvent palpitante et toujours émouvante. […] Dora est l’héroïne moderne et profonde d’une série historique comme il en existe peu : fascinante et touchante. »
– Benjamin Roure, Bodoï

« Décors dépouillés d’une précision extrême, noir et blanc au cordeau, la saga promène un regard inhabituel sur les années 1960 en Europe. »
Stéphane Jarno, Télérama

« Entre roman d’espionnage et éducation sentimentale, les aventures d’une jeune juive qui traque les criminels nazis de l’Argentine à la Norvège. Une BD utile et belle. »
– Grazia

« Minaverry fait ici œuvre de mémoire, s’appuyant sur une documentation rigoureuse, avec, en creux, de magnifiques portraits de femmes. Impliquant, captivant, indispensable. »
– Philippe Belhache, Sud Ouest

« Un thriller d’espionnage doublé d’une quête identitaire que l’Argentin Minaverry sublime d’une ligne claire digne de Tardi rehaussée délégants clairs-obscurs. »
– Stéphane Dreyfus, La Croix

« Lire les 4 volumes de Dora, c’est entrer dans la mécanique de la terreur d’un autre temps. Lire Dora, c’est suivre cette jeune femme, la voir grandir, aimer, et se battre contre les démons de sa famille. […]
C’est comprendre ensuite comment on traque, qui on traque, et comment on traduit les bourreaux, un jour devant la justice. Dora est une série tellement bien documentée qu’on peine à croire que ce soit une fiction. »
– Laetitia Gayet, France Inter

« Entre récit d’initiation, histoire d’espionnage et fable politique, voici la suite des aventures de Dora, qui traque les criminels nazis dans les années 1960, tout en faisant l’apprentissage de la vie. Le beau portrait d’une jeune femme confrontée l’histoire et à ses propres interrogations. »
– Christophe Quillien, Air Le Mag

« Une série truffée d’informations sous forme de roman initiatique car l’amour va aussi s’en mêler. Une bd où s’emmêlent beaucoup d’éléments qui évoquent cette période où l’Europe s’est retrouvée sur une sorte de plaque tectonique, où tout bougeait, où l’on touchait aussi à la fin du colonialisme. Une Europe alors en pleine guerre froide. Absolument passionnant ! »
– Thierry Bellefroid, RTBF, émission Sous couverture

« Le graphisme colle parfaitement à l’histoire. c’est beau, c’est fluide et c’est intelligent. Une superbe série… »
– Comixtrip

« Ce qui marque dans cette série, c’est la minutie avec laquelle cette Europe de l’après-guerre est reconstituée grâce à un travail de recherche magistral dans un domaine jusqu’ici peu exploré. Il n’est pas une image qui ne soit appuyée sur une documentation élaborée dans ce récit au féminisme assumé. C’est bluffant. »
– ActuaBd

Dans la même collection

Bonjour